Les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC)

Les thérapies comportementales, cognitives et émotionnelles - TCC - visent à apprendre à modifier des modes de vie qui handicapent le quotidien, et ceci avec la participation active du sujet. Ces thérapies visent les comportements dont nous voudrions bien nous débarrasser mais qui se répètent malgré nous, échappant à notre volonté, ainsi qu’à toute démarche logique. Nous nous retrouvons à avoir des émotions démesurées et à agir de manière inadaptée.

 


Les TCC jouent sur trois registres complémentaires : le comportement, la cognition et l'émotion. 


Les cognitions sont notre façon d’être au réel, aux autres et à nous même. Elles constituent notre inconscient cognitif et détermine notre vie consciente. Cet inconscient prime par sa rapidité et son efficacité. C’est ce qui permet d’agir sans avoir à réfléchir longuement à nos actions.

 

L’inconscient cognitif est constitué de représentations mentales plus ou moins abstraites. Ces représentations automatiques peuvent influencer la conscience sans que pour autant, en retour, celle-ci puisse en prendre conscience.

 

L’activation de notre inconscient cognitif se fait par nos perceptions, notre sensibilité, et va entraîner une réaction émotionnelle. Nous ressentons cette émotion sans comprendre la cause. Au quotidien, nous ressentons souvent ce genre d’expérience. Nous ressentons un agacement, une angoisse, un malaise sans identifier sa cause mentale ou environnementale.

 

Cependant, les émotions sont toujours précédées par un traitement cognitif qu’il soit conscient ou inconscient. L’environnement ne cause pas directement une émotion. Celle-ci est toujours le résultat d’une interprétation cognitive automatique ou contrôlée. Cette interprétation cognitive se fait en fonction de nos schémas de pensée. Et c’est sur cette interprétation que va se pencher la thérapie cognitive.

 

Lorsque l’interprétation se fait sans prise en compte de la réalité, la réaction émotionnelle et comportementale est alors inadaptée.

 

Les schémas cognitifs deviennent pathologiques quand ils ne permettent plus à la personne de satisfaire ses désirs et de s’adapter à l’extérieur. Nous pouvons nous sentir débordés, envahis, impuissants face aux émotions. Lorsque nous ne savons plus les comprendre, ni les gérer, leur intensité peut devenir pathologique : le plaisir se transforme en addiction, la peur en phobie, la tristesse en dépression. 


De cette manière, nous pouvons réguler notre affectivité par l’intermédiaire d’un travail des schémas de fonctionnement cognitifs. Il y a donc une part d’erreur dans notre façon de vivre les choses. L’objectif est alors d’apprendre à reconnaître, de se confronter et d’accepter ses émotions pour mieux les exprimer et les contrôler. Il s’agit aussi de réajuster l’intensité du vécu émotionnel à quelque chose de plus rationnel.